Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 19:39

 

versailles-1.jpg

 

Via une amie, nous avons eu 2 places pour assister à la représentation de 15 heures du Blanche Neige de Preljocaj à l’Opéra Royal du Château. 

Samedi, après avoir chaussé mes plus jolies bottines à talon du moment, nous voilà partis, Chéri Chéri et moi, pour passer un après-midi sur mes Terres à Versailles.
Une fois sur place, il ne me faudra que 3 pas sur les pavés historiques de la Place d’Armes pour réaliser que l’idée qui m’a prise avant de partir de choisir de porter des talons pour l’occasion était particulièrement stupide et aidé de Chéri Chéri qui me soutient par le bras, je tente de ne pas perdre une cheville sur le chemin.
Après un périple qui me sembla bien plus long qu’il ne fût en réalité, nous arrivons enfin devant l’ouvreuse à qui nous présentons nos invitations.
Chéri Chéri découvre ébahi la splendeur du lieu, tandis que je le plonge dans mes souvenirs de jeunesse et mes nombreuses visites de ce somptueux château, attraction dominicale favorite de toute bonne famille versaillaise.
Légèrement en hauteur, nous sommes idéalement placés. Le public termine de s’installer et la salle se fait noire.
versailles-2.jpg
Levé de rideau.
26 danseurs évoluent sur scène pour nous narrer avec leurs corps le célèbre conte des frères Grimm : Blanche Neige.
Entre la musique qui n’est autre que celle des symphonies de Gustave Malher, les costumes signés Jean-Paul Gaultier, qui sera cette fois resté relativement sage dans ses créations et des décors épurés, presque spartiates, élaborés par Thierry Leproust, Angelin Preljocaj signe là un grand ballet romantique et contemporain.
Récompensé par le Globe de Cristal du meilleur spectacle de danse en 2009, nous sommes transportés dans la magie des contes de fées notre enfance.
Les chorégraphies des pas de deux nous émeuvent par leur esthétisme et la créativité de leurs nombreux portés effectués avec une facilité et une légèreté déconcertante.
Après 1h50 de représentation les danseurs saluent sous les applaudissements chaleureux d’un public conquis.
Sur le chemin du retour, nous nous avouerons avoir eu un faible pour la prestation des 2 chattes délicates et sournoise de la méchante Reine.
Inspiré par tant de beauté, notre pas de deux de ce soir s’annonce plus gracieux qu’animal.  
versailles-3.jpg

 

Partager cet article
Repost0

commentaires