Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 22:56

 

theatre-1.1.jpg

 

Dimanche, notre grasse matinée fût avortée par une interprétation à 6 cornemuses du troisième mouvement de la sonate pour piano n°2, op.35 de Frédéric Chopin. Sur l’air presque méconnaissable de cette célèbre marche funèbre, nos voisins du dessous, d’origine écossaise, ont décidé de se saouler à l’Aberlour, un whisky bien de chez eux, pour oublier la défaite de leur équipe face à l’Argentine.

Un peu plus tôt, au levé du jour, l’Irlande gagnait haut la main face à la Russie, j’ai beau avoir un patronyme qui respire l’irish coffee, je n’ai pas chaussé mes claquettes pour autant !

Face à l’ambiance sonore que nous réserve cette journée à l’intérieur de notre appartement, Chéri Chéri et moi décidons de sortir au plus vite.

Ainsi, après un brunch à Opéra, nous nous rendons au théâtre du Palais Royal pour assister à la représentation de la dernière pièce de Laurent Baffie : « Les Bonobos ».

 

theatre-1.2.jpg

 

Le brigadier résonne 3 fois, la salle est plongée dans le noir, le rideau se lève.

Dans un salon, 3 amis d’enfance : Alex, Dani et Benjamin.

Le premier est aveugle, le second est sourd, le troisième est muet et ensemble, ils testent l’idée d’Alex pour réussir à avoir une sexualité sans payer alors qu’ils sont handicapés. L'idée en question ? Ne plus être handicapé !

Leur irréfrénable envie de copuler est donc au centre de cette pièce, d’où « Les bonobos » et non « Les 3 singes de la sagesse » !

Nous sourions, nous nous amusons et nous rions même franchement face aux stratagèmes farfelus des 3 comparses si bien qu’après 1h45 de représentation, nous nous retrouvons dehors sans avoir vu passer le temps.

Quelques rues plus loin, nous nous laissons arrêter par un groupe d’une vingtaine de cordes offrant aux passants un concert impromptu. L’ambiance nous donne envie de profiter de la chaleur estivale de cet après-midi dominical. Nous nous installons donc à la terrasse du café faisant face au récital et décidons de débriefer.

Après m’avoir dit, particulièrement enthousiaste, que ce qu’il avait préféré dans la pièce s’était le décor explicite de l’appartement du muet, Chéri Chéri m’avoue que, s’il avait à choisir un handicape, il préfèrerait être sourd.

Je m’étonne et il rajoute :

« Vous, les filles, vous parlez beaucoup et ça devient vite lourd ! »

Il n’y a pas de doute, le plus gros handicape du Chéri Chéri c’est la bêtise !

 

théatre 1.3

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Cette pièce est sympa, et Baffi en muet est particulièrement fort
Ps: ton chéri chéri a de beaux jours en tant qu'humoriste a mon avis ^^
Répondre