Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 17:30

 

moije_03.gif

 

Hier soir, dès l’arrivée de Chéri Chéri, le silence quitta définitivement l’appartement.

Tout en tweetant chacun de ses faits et gestes, il ne cessa de me parler de lui.

Son travail, ses relations avec ses collègues, comment il est devenu un super-héro en jailbreakant tous les iPhones du bureau, jusqu’au détail de son assiette du midi, il me raconte sa journée, minute par minute.

J’aime Chéri Chéri, son quotidien m’intéresse, ses exploits aussi certes, mais son monologue narcissique commence à me fatiguer sérieusement.

Je profite alors d’une respiration pour en placer une de justesse :

« Trop d’info tue l’info »

Je tente ainsi de lui faire comprendre avec humour que je souhaite changer de sujet ou alors juste qu’il se taise.

 

Dionysos-Olivia-Ruiz---Tais-Toi-Mon-Coeur-Nouvelle-Version-.jpg

 

Il semble alors prendre très mal ma réflexion et me répond qu’étant donné que je suis trop fatiguée ces temps-ci pour faire l’amour, il parlait de lui pour ne pas déprimer.

Chéri Chéri fait référence à un article qu’il a lu sur le site slate.fr à propos de plusieurs études scientifiques qui ont tenté de comprendre pourquoi les gens passaient tant de temps à raconter leur vie sur le net.

Il se trouve que le résultat est très clair, parler de soit active dans notre cerveau un processus de récompense primaire et tout comme le fait de manger ou de faire l’amour, raconter sa vie libère de la dopamine, la molécule du plaisir !

Les chercheurs vont même plus loin et explique que ce phénomène est le même que celui de l’addiction : plus on libère de dopamine, plus on éprouve de plaisir donc plus on veut en libérer et plus on parle de soi. Bref, on peut être drogué au narcissisme.

Toujours est-il que je remarque une chose, vue l’affluence des posts sur les réseaux sociaux, il semblerait que l’heure soit à l’abstinence !

 

abstinence.jpg

 

Partager cet article
Repost0

commentaires