Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 17:01

 

retard.jpg

 

Ce matin, c’est la guerre !

Nous n’avons pas enlevé le mode silencieux de nos iPhones avant e nous coucher hier soir, nos réveils ont sonné dans le vide, nous nous sommes réveillés ¾ d’heures en retard.

Après l’électrochoc de la prise de conscience, nous nous mettons à courir dans tout les sens de manière plus ou moins incohérente mais qui nous donne l’impression de gagner du temps.

Nous supprimerons tout de même la case petit déjeuner pour limiter les dégâts.

C’était sans compter sur Chéri Chéri qui se rend compte qu’il n’a pas son portefeuille au moment de sortir de chez nous. Il rentre le chercher, il ne le trouve pas, il s’agite. Je l’entends soulever, retourner, souffler, jurer.

Voyant les minutes défilées je rentre et lui demande de commencer par se calmer. Il me hurle alors dessus :

« Mais comment veux-tu que je me calme alors que même si nous étions maintenant sur le quai de la gare j’arriverais avec 32 minutes de retard au boulot ! »

Excédée, je m’approche du secrétaire, j’attrape son portefeuille et sans un mot, je lui tends en levant les yeux au ciel.

 

retard2.jpg

 

Alors que je le laisse passer devant moi pour sortir, je lui tape dans le dos et ne dit qu’un mot :

« Zen. »

Au pas de course, nous courrons vers la gare et une fois dans le train, je profite que nous soyons condamnés à souffler pour expliquer à Chéri Chéri toutes les régions de notre cerveau sont pas capables d’atteindre les même pics de vitesse.

En effet, nous bougeons plus vite que ce que nous sommes capable d’analyser ce que nous voyons.

Selon des chercheurs canadiens, tout cela expliquerait pourquoi dans la précipitation, nous perdons des minutes précieuses à chercher un objet anodin qui se trouve en réalité sous notre nez.

En gros, dans ce type de cas, il suffit juste de se calmer de souffler un bon coup et de balayer à nouveau la pièce du regard, mais sereinement.

Ce matin, nous sommes finalement arrivés au travail comme nous nous sommes levés, avec 45 minutes de retard.

Pour autant, je commence par me ruer sur la machine à café, celui là, on ne me le sucrera pas !

 

retard3.jpeg

Partager cet article
Repost0

commentaires