Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 20:48

 

securedownload-3.jpeg

 

Samedi matin, à 8h00, je me levais sans bruit et je filais directement dans la salle de bain.

Après une heure passée à me tartiner de produit Lush, j’en sortais enfin prête pour la mission du jour : profiter du passage de Paul McCartney à l’Elysée pour l’apercevoir de près.

Vêtue de mon T-shirt Cavern, je partais donc rejoindre ma complice d’investigation place de la Concorde, le rendez-vous étant donné pour 11heures.

Malgré sa passion non dissimulée pour les Beatles, Chéri Chéri a quant à lui décidé de se désolidariser de l’expédition au profit de son lit, ce qui ne manquât pas de créer au sein de notre couple, un séisme de niveau 7 sur l’échelle de Richter.

Anxieuse, je passe tout le trajet de bus à remuer irréfrénablement sur l’intégrale des Fab Four qui tourne en aléatoire dans mon iPod.

Jouissant d’un timing parfait, nous nous retrouvons à l’heure prévue et remontons ensemble le début des Champs Elysées jusqu’à l’avenue Marigny que nous empruntons au pas de course. Une fois rue St Honoré, nous tombons sur une petite trentaine de personnes regroupées entre l’hôtel Bristol et le Palais Présidentiel. Un T-shirt Band on the Run arpente le trottoir, une fille sort une basse Hofner de sa housse, quelques journalistes s’installent, la police de l’Elysée monte en pression.

Pourtant, nous n’avons pas l’air méchant et nous sommes bien plus calme que les adolescentes boutonneuse qui se pressent devant NRJ lors des venues de Justin Bieber.

 

securedownload-5.jpeg

 

A midi, les cœurs se serrent, les poils se hérissent, la grande grille en fer forgée s’ouvre et de grosses Mercedes noires passent devant nous avant de s’engouffrer dans la cour. Une fenêtre se baisse, Paul McCartney nous fait un signe furtif de la main.

Avant que les grilles ne se referme, nous le voyons entrer dans le Palais et nous ne pouvons nous empêcher de remarquer qu’à 70 ans, l’ex Beatles a toujours la ligne !

Au bout d’une heure, Sir McCartney ressort enfin et il s’amuse en passant à montrer fièrement sa légion d’honneur fraîchement remise par François Hollande.

En fin de compte, aimer Paul c’est bien normal !

 

395196_10151227059824439_1454319470_n.jpg

 

  

Partager cet article
Repost0

commentaires