Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 18:00

 

pipi1.jpg

 

Hier soir, lorsque je finis le travail, Chéri Chéri me prévient par texto qu’il nous a trouvé un nouveau micro-onde hyper sophistiqué à un prix ultra concurrentiel sur le site du bon coin et qu’il a rendez-vous à 19h30 chez le vendeur pour conclure la transaction. Il sera certainement parti quand je rentrerai mais il m’assure qu’il ne sera pas long.

Comme prévu, j’arrive à la maison devant une porte close.

Mais alors que je cherche mes clefs dans les profondeurs de mon sac à main qui n’a pas grand-chose à envier à celui de Mary Poppins, je suis prise d’un mal typiquement féminin : une très classique et particulièrement insupportable de faire pipi.

A croire que le contact entre nos escarpins et le paillasson a de réelles vertus diurétiques !

Plus je cherche, moins je trouve, plus cette envie se fait pressante, quand, miracle, je mets enfin la main sur mon trousseau.

J’ouvre la porte en sautillant et je cours jusqu’aux toilettes sur lesquels je me laisse tombé au même instant où on pantalon s’ouvre enfin et je laisse aller mon envie en poussant un grand « Ouf ! » de soulagement.

Le plaisir est pourtant de courte durée car je me rends compte que je suis assise sur du mouillé.

Encore une fois, Chéri Chéri n’a pas visé droit.

 

pipi2.jpg

 

Furieuse, je lui envoie un texto de remontrance qui reçoit une réponse moins d’une minute plus tard :

« Tu ne veux pas m’envoyer étudier à Swansea non plus ? »

Je ne comprends pas.

Ignorante mais curieuse, et surtout attachée à garder le dessus dans cet affrontement argumentatif avec Chéri Chéri, je regarde immédiatement sur Internet pourquoi il me parle d’université lorsque je lui demande d’être propre.

Très vite je découvre que ces derniers tant, cet établissement du Sud du Pays de Galle fait parler de lui car il apprend à ses étudiants comment utiliser les toilettes.

Un peu partout sur les murs, on peut trouver des fiches et des pictogrammes expliquant par exemple qu’il ne faut pas se tenir debout sur la cuvette ou comment jeter le papier hygiénique.

Alors que certains s’offusque que l’on prenne les étudiants pour des assistés, que l’université se défend en expliquant que les origines culturelles très diverses des élèves rendent nécessaire ce type de mesure, arguant même une nette amélioration de la propreté des sanitaires depuis la mise en place des panneaux, de mon côté, je salue cette initiative qui devrait se généraliser et surtout commencer dès la primaire !

Savoir se soulager proprement, c’est déjà un pas vers le civisme !

 

pipi3.gif

 

Partager cet article
Repost0

commentaires