Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 18:19

 

pub.JPG

 

Ce week-end, après avoir profité de l'orage pour offrir à mon corps un gommage, je décide de partir à la recherche du pub du coin pour boire une bière avec Chéri Chéri.

Après avoir arpenté pendant une bonne demie heure les ruelles escarpées du village, nous arrivons enfin face à une lourde porte. Chéri Chéri actionne le heurtoir en fonte et quelques instants après, on vient nous ouvrir.

Nous nous retrouvons face à une petite pièce voûtée, un peu sombre et très peuplée dans laquelle nous hésitons un instant à nous installer.

Toutefois, poussés par notre envie de descendre une blonde rafraîchissante, nous nous dirigeons vers le bar et son unique tabouret libre. Mais, tandis que je m'apprête à laisser choire mon séant sur le dit tabouret afin de reposer mes pieds perchés sur 10 centimètres de talons, Chéri Chéri me dégage littéralement, pour y poser son propre postérieur, s'asseyant ainsi sans complexe sur sa galanterie et mon bien-être plantaire.


chaussures.JPG

 

Certes il n'est pas l'homme parfait, perfection étant un terme strictement féminin, mais j'ai d'ordinaire la chance d'avoir un Chéri Chéri d'un naturel courtois. Courtoisie qui semble avoir été emporté par le mistral régional.

Un tantinet désappointée, je lui demande si sa bienséance profitait de l'été pour elle aussi partir en vacances.

Et c'est un Chéri Chéri vexé qui me répond :

« Tu ne te rends donc pas compte que je te protège à mes risques et périls ? »

Mes pieds étant sur le point de m'assigner en justice, non, je ne m'en rend pas compte et demande donc à ce goujat qui me sert de partenaire de m'expliquer son sens de la protection.

Il se lance alors dans une argumentation limite m'expliquant qu'il a appris dans un article que rester assis était dangereux pour la santé. En effet, cette posture doublerait les risques de maladie cardiaque, favoriserait le diabète et accentuerait le déclin cognitif. Sans se démonter il insiste alors sur le fait que lui étant brun, et donc plus performant que moi intellectuellement parlant, il préférait se sacrifier pour l'instant afin de me permettre de continuer à écrire nos péripéties sur ce blog.

« Et puis tu es pour la parité non ? » conclue-t-il sûr de lui.

« Certes » lui répondis-je, « Cependant sache une chose Chéri Chéri: la parité trouve ses limites là où commence la galanterie ! »

 

assise1.JPG

Partager cet article
Repost0

commentaires