Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 14:26

Hustler club

 

Samedi soir, après avoir passé, 2h37 à réussir une french manucure qui n’attendra pas 24h pour se craqueler, direction le Hustler avec Chéri Chéri et ses amis !

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas, le Hustler, situé près des Champs Elysées, est le club de référence du strip chic dans la capitale.

A mille lieux des get-apens de Pigalle, nul rabatteur à l’entrée mais 4 gorilles aux allures de videurs qui filtrent les clients pour que le lieu reste sûr.

Une chose est certaine, Chéri Chéri et ses amis n’auront qu’à bien garder leurs mains dans leurs poches sous peine d’expulsion musclée.

Voilà qui rassure la blonde que je suis, non que ma jalousie mériterait d’être exposé dans un numéro de confessions intimes mais il ne faut tout de même pas dépasser les bornes des limites.

Une hôtesse nous installe et le spectacle commence.

Aucune trace de cellulite ni de vergeture, des proportions parfaites façon Barbie, même en passant 4h sur photoshop je me rends vite compte que jamais je n’aurai le corps de ces pros de l’effeuillage.

Corps devant lesquels, Chéri Chéri et ses amis se sont mis à baver tels de petits bulldogs français et à remuer la queue comme des labradors heureux.

A 2 doigts de plonger dans une profonde déprime, je commande une coupe de champagne. Au moins ça ne fait pas grossir et ça affine mon portefeuille.

pin up champ 

Les filles glissent le long des barres, ma coupe se vide et je me détends au fur et à mesure que ces messieurs se tendent …

Un peu plus tard, sortie du club, retour dans le métro. J’agrippe la barre…

Devant les visages crispés de Chéri Chéri et ses amis, j’esquisse un sourire en coin, je viens à l’instant de comprendre tout l’intérêt d’emmener son homme  au Hustler.

Dans ce royaume de la frustration, le mâle est chauffé à blanc, et croyez moi - sur paroles je vous prie - qu’il soit, malade, fatigué ou stressé par le boulot, à la sortie du club, même l’amant le plus médiocre se transforme en étalon de luxe !

Plus naturel que la petite pilule bleu : le club de strip, c’est du viagra bio ! 

 

metro

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 16:06

LK

 

Dimanche 3 juillet, après avoir passé 2 minutes 30 à me raser les jambes (en tant que blonde j’ai l’avantage de faire ce que je veux avec mes poils), nous voilà parti pour célébrer les 40 ans de la disparition de Jim Morrison, avec Chéri Chéri et ses amis.

Non, l’idée n’est pas d’aller fumer des pétards sur la tombe du légendaire poète maudit mais plutôt d’aller boire un verre au « Lezard King Bar».

Ouvert depuis septembre 2010, l’établissement situé dans le 4ème arrondissement de Paris est paraît-il un véritable hommage aux Doors.  

En d’autre terme « the place to be today »!

A notre arrivée, nous nous sentons immédiatement immergé dans l’univers de Jim et de ses acolytes : photos, vidéos, musique …

Je me sens soulagée d’avoir choisi ma veste de tailleur plutôt que mon sweat Beatles pour venir ici … un fan en colère peut être dangereux !

On voit les Doors, on écoute les Doors et on boit même les Doors !


Lezard-king.JPG

 

Christophe, le patron, véritable fan du groupe est entièrement seul pour faire tourner son bar et il ne s’est pas laissé aller à la facilité en faisant de la bière pression la boisson unique.

Le « Lezard King » est un bar à cocktails et pas n’importe lesquels !

Sur la carte nous avons le choix entre un « Light my fire », un « Strange days » ou encore un « Touch me » des créations spéciales qui portent toutes le nom d’une chanson des Doors …

Bref, un véritable paradis pour n’importe quel fan du groupe qui se respecte.

Alors que, fière d’avoir découvert cet endroit je fredonne « Alabama song » en me dirigeant vers le bar, voilà que je déchante d’un coup à la vue d’une pile de feuille intitulées : « Pétition contre la fermeture ».

Inquiète j’interroge immédiatement le patron en pleine création.

En effet, le fan est actuellement attaqué par ses idoles qui ne veulent pas voir le nom du groupe associé à un débit de boisson.

La blonde et amoureuse de Jim Morrison que je suis trouve cela surprenant et surtout, un peu hypocrite.

Si Jim Morrison n’avait pris que de l’eau et des carambars ça se saurait !

Adhérant complètement à la cause du maître des lieux, je reviens à notre table, papiers et crayons en main, pour obliger Chéri Chéri et ses amis à signer la pétition sous peine d’être privé de boisson !

Sans rechigner, ils s’exécutent.

Nous finissons nos verres et partons dîner …  

En attendant notre prochaine venue, il ne nous reste plus qu’à espérer que le « Lezard King Bar » ne se voit pas contraint et forcé de … fermer ses Doors ! 

 

bar doors

Partager cet article
Repost0